Tuesday, October 28, 2014

Chained gangsta inmate (2/2, the paint job)

Can you dig it, mofo?









The mini is a conversion of Artik toys' "Santos" sculpted by the almighty Patrick "The Small" Masson. It is a bit more than 12cm tall. The conversion job is shown here.

The painting was done with Coat d'Arms acrylic paints, brushes and foam (for the texture). It was finished sometime during the Spring of 2013. It's not exempt of flaws, but it is one of my favorites.

I just wish I had the skills and the creativity to design and sculpt a miniature like this one from A to Z.

Chained gangsta inmate (1/2, the conversion job)

Can you dig it, mofo?


The mini is a conversion of Artik toys' "Santos" sculpted by the almighty Patrick "The Small" Masson; it is shown here, here and here. It is a bit more than 12cm tall. The conversion used cutting pliers, knives and files in the butchery phase, and a mix of super sculpey/fimo/sculpey firm for the second phase. The pictures below give you an idea of the steps.








 






The paint job is shown here.

Monday, October 27, 2014

S'il-te-plaît, sculpte-moi un gangsta!


Pour mon second tuto, je m'attaque à une figurine en pied, assez épurée au niveau des formes et des détails. Pour la pâte utilisée, je reste fidèle à la Super Sculpey. Au niveau de l'outillage employé, il est assez varié: du fil de fer et des pinces plates et coupantes (pour l'armature), un pied à coulisse et une équerre en plastique (à tous les stades ou presque), différents pinceaux-gommes, un couteau de modélisme et différentes spatules (la plupart artisanales). Plus de détails sur les outils ici.

La plupart des photos peuvent être agrandies par un clic.

The English version is available here (a bit refreshed with respect to this one).

Saturday, October 25, 2014

Je peux voir ton outil?

Nouvel article qui, je l'espère, sera utile à ceux qui veulent se lancer dans la sculpture: les outils! J'ai fait une sélection de mes incontournables. Je me suis surtout focalisé sur ce qui est adapté aux échelles de figurines de 25-32mm et plus, et aux pâtes polymères (qui durcissent par cuisson) qui constituent ma principale matière première pour la sculpture (mais la grande majorité sont également adaptés aux pâtes epoxy - aussi dites "bi-composant" - comme le milliput et le green stuff/duro.

D'abord un élément de réponse à la question "Qu'est-ce qu'un bon outil?". J'ai le souvenir d'une interview d'un grand sculpteur de chez GW, dans un White Dwarf aux alentours de 2000/2001, qui disait qu'il utiliserait une cuiller si ça lui permettait d'obtenir l'empreinte voulue. C'était Brian Nelson ou Jes Goodwin, ma mémoire me fait défaut. Mais vous voyez où je veux en venir.


On commence par une vue d'ensemble de mes outils les plus utilisés. En gros il y a des pinceaux-gommes (et affiliés), des spatules, des aiguilles, des couteaux et des trucs moins définissables. Il y a 50% d'outils faits main; ça c'est toujours une loterie: certains on les utilise tout le temps, d'autres on les sort une fois par an (mais on est bien contents de les avoir à ce moment-là, pour faire LE geste que les autres ne permettent pas!). Il faut aussi y ajouter des pinces (une plate et une coupante) pour l'armature.


D'abord les pinceaux-gommes (aussi appelés clay shapers ou colour shapers). C'est incontournable d'en avoir au moins un. Ceux en ogive sont les plus pratiques. S'il faut n'en avoir qu'un, je préconise soit le gris soit le noir (plus c'est foncé, plus c'est rigide) de taille 0 (plutôt le noir si vous travaillez avec des pâtes plus rigides). Aussi pratique pour lisser que pour mettre en forme. J'utilise aussi au moins autant la virole que le bout, en la roulant sur la pièce pour lisser et ajuster des courbes. Le troisième c'est un outil fait main en milliput mais avec une tête sphérique et donc complètement rigide.  Je l'utilise beaucoup alors que je l'avais fait un peu au pif (en même temps que les autres outils en milli) au tout début, quand je n'avais encore que la spatule 5, pour faire ma première expérience du milli, avant d'attaquer des conversions.



Des couteaux... ça sert d'abord à prélever de la pâte dans un bloc, puis à réduire la taille des boulettes/boudins avant de les appliquer sur la fig. Si la pâte le permet, ça peut aussi être très utile pour du retrait de matière, mais alors les scalpels sont imbattables pour leur tranchant, la finesse de la lame et leur taille réduite par rapport au couteau de modélisme. J'utilise les lames seules ou sur un manche selon les cas. Un seul scalpel suffit évidemment, mais avec deux manches j'évite de devoir trop souvent changer de lame en cours de travail, en interrompant un geste en cours. A l'usage, je trouve que les manches cylindriques sont mieux adaptés à la sculpture que les plats.

Le manche d'un couteau de modélisme est aussi un excellent rouleau à aplatir et peut aussi servir comme la virole d'un pinceau gomme, à rouler sur une surface pour l'ajuster (en général une plus grande surface dans ce cas-ci).




Les spatules... Je les ai fabriquées pour leur donner deux utilités: la mise en forme évidemment, mais j'en ai aussi affûté certaines assez fort pour les utiliser comme lames spéciales, pour atteindre des endroits difficilement accessibles ou réaliser des mouvements particuliers.

1) allongée, plate et très aiguisée, je l'utilise presque exclusivement comme lame (elle a un côté rasoir de barbier dans sa forme)

2) allongée, étroite, courbée et très aiguisée, utilisée beaucoup pour écraser de la matière par une forte pression très localisée, par exemple pour fondre une jonction entre deux zones de pâte

3) plutôt courte, très légèrement bombée de part et d'autre et en forme de couteau à beurre. Pas la plus utilisée mais elle fait office de "doigt" à très petit échelle (un peu comme l'outil en milliput à manche vert montré plus bas).

4) spatule classique, utilisée presque exclusivement pour la mise en forme.

Tout ça c'est du fait main avec des trombones qui s'y prêtaient bien (il faut un métal suffisamment tendre et qui ne se déchire pas trop facilement une fois aplati et allongé à froid), avec des pinces plates, étaux, marteaux, limes,... Les manches viennent de vieux pinceaux. Ca a l'avantage d'être agréable en main et déjà bien équilibré, en plus d'être gratuit.

Dans l'ordre du plus au moins utile: 4, 2, 3 et 1 (loin derrière). En avoir une comme la 4 est incontournable je pense.


 


Outil classique, à l'époque acheté chez GW. Une tête en spatule, une tête en fausse lame (il n'est pas tranchant). Un peu grand pour les détails sur du 28mm, mais la spatule peut être utile pour dégrossir certains volumes. La fausse lame est surtout utile pour utiliser ses faces planes voire les arêtes à angle droit. Pour ce que je peux en voir sur les photos, les outils Citadel plus récents et leurs équivalents moins chers (Gale Force Nine, Army Painter, P3, ...) sont une spatule plus courte, plus épaisse et moins courbée. Du coup je ne sais pas si elles sont aussi bien que celle-ci (*c'était mieux avant...*).

Ici la spatule est bombée, ce qui la rend très utile pour du lissage.

  



Un autre outil artisanal fait à mes débuts. A droite, une pseudo lame, légèrement affûtée mais qui est de nouveau plus utile pour ses zones plates. Même s'il est très rigide, le milli reste plus tendre que l'acier et ne donne pas tout à fait la même sensation qu'un outil équivalent en acier. Ou alors c'est la plus grande légèreté qui fait ça, ce qui facilite des gestes doux. Bref, c'est pas tout à fait la même chose...

La tête de gauche est peut-être l'outil que j'utilise le plus. A mi chemin entre la fausse lame (les faces sont en V mais ne rejoignent vaguement que près de la pointe) et la spatule plate. A l'utilisation, la meilleure description que je pourrais en faire c'est que c'est un peu comme un doigt. On peut faire tous les gestes avec dont notamment "pousser" comme on le fait avec les doigts quand la taille le permet.



Les aiguilles... deux outils artisanaux, celui de gauche est très ancien, j'ai usé la pointe après quelques gaffes, du coup j'en ai refait un récemment, avec une aiguille bien pointue et plus allongée. Le fait d'avoir l'une ou l'autre aiguille moins pointue peut aussi aider parfois. L'outil 6, c'est deux aiguilles moins fines, inclinées un peu différemment par rapport au manche. Paradoxalement, j'utilise plus celui-là comme une "spatule", notamment pour les plus petites pièces, en utilisant les coudes ou des zones plus proches du manche. L'avantage c'est qu'avec la section circulaire on peut lisser ou pousser en appliquant une forte pression si nécessaire. Je l'ai depuis peu mais je l'utilise énormément. Il est en passe de devenir un incontournable. Une bonne aiguille bien fine comme l'outil du milieu est indispensable aussi. J'ai aussi quelques aiguilles de dimensions diverses non-montées sur des manches; ça s'y prête mieux parfois.

L'utilisation du green stuff pour solidifier la fixation est voulue: grâce à sa flexibilité, il encaisse très bien les efforts créés par l'aiguille quand on l'utilise pour pointer des surfaces dures, ou quand on applique des flexions un peu excessives. J'avais remarqué sur le premier que le milliput n'était pas adapté à cette fin.

 


La pince à épiler, pince fine,... parce qu'on finit toujours par avoir des peluches et des fibres isolées dans la pâte!



Deux-trois mots en plus en passant. L'outil ci-dessous est un outil de manucure. Apparemment c'est un peu la mode du moment, mais je n'ai encore jamais vraiment utilisé, parce que je n'ai jamais senti que c'est ça qui me donnerait le résultat voulu. L'avantage c'est que ça se taille, donc en cas d'inspi on peut arriver à en tirer des outils sur-mesure assez rapidement. Mais j'ai le sentiment que c'est plutôt adapté pour de plus grosses échelles. Le temps le dira...



Deux autres outils que j'aime bien mais qui ne sont pas indispensables: une double spatule plate très allongée et un double crochet. Pour le double crochet, j'ai aussi tendance à assez souvent les utiliser comme des spatules en frottant/poussant la pâte avec telle ou telle partie, de fonction de sa forme et du diamètre de sa section.




En réalité, au fil des ans, mon matos de sculpture complet ressemble plutôt à ça... Il y en a certains que j'utilise très rarement, mais j'utilise au moins 50% sur chaque pièce (pas uniquement les mêmes en fonction de l'échelle). A noter aussi le pot de vaseline, très pratique (mais à utiliser avec précaution car c'est plutôt un solvant qu'un lubrifiant pour les pâtes polymères!) et le pot d'eau qui peut aider à lisser n'importe quelle pâte sans la dégrader (à part le milli dont elle est un solvant évidemment). Sinon la graisse de nez/front/... c'est très bien aussi, et à ma connaissance très peu agressif pour la pâte.

Un dernier détail idiot: pour mes outils artisanaux, j'ai essayé d'associer la couleur du manche à la forme de la tête (extrémité arrondie, droite, en aiguille,...). Ca aide à s'y retrouver. Le fait d'en fabriquer plusieurs en même temps permet de se lâcher avec un peu plus de spontanéité, et d'expérimenter des trucs qui sont parfois des réussites. Mais ça fait souvent mal aux mains.

Dernière mise à jour: 13/11/2014.